New-York City - Aux pieds des tours - Orion Molinier

Voyage réalisé avec un 35mm F1.4 ART Sigma uniquement et un Canon EOS 6D

Pauvreté Animalière

Lors de ce reportage j'ai voulu mettre en avant la vie qui s'articule sur les bases de la fourmilière qu'est Manhattan, au delà des clichés, j'ai voulu saisir les différences, la vie réelle sans aucun artifice et surtout les instants de vie.
cette photo est pour moi l'une de celle qui décrivent le mieux cette "Real Life".
Ce chien avait été déposé ici par son maître, attaché via une laisse aux bouches d'incendie avec pour seul nourriture, un petit récipient qui été déjà vide quand je suis passé (vers 10h locale).
J'ai longuement hésité à faire ce shoot, car outre la cruauté de la scène et sa mise en condition, c'est malgré tout posé le problème de l'étique:
- Que pouvais je faire ?
Certes ce n'est pas un être en train de mourir, mais c'est un être vivant enchaîné en pleine rue , sans aucun moyens de se mouvoir afin de faire ses besoins ailleurs que sur ses linges, n'ayant quasiment pas de nourriture, qui est ici dans un froid glacial (-8° au ressentit), esclave de sa condition de bête, destiné par son maître (qui devait lui aussi être un mendiant (car bien que j'ai attendu environ 30mn, il ne s'est jamais montré) à être réduit sous une forme d'esclavage animalière afin que les passants donnent l'obole devant le pathos de la scène.
Et se pose donc la question des solutions qui s'offraient à moi/
Prévenir les services d'Hygiène de la ville, mais si le maître est un pauvre être qui n'avait que son chien pour lui, pouvais je le séparer de l'un des rares êtres qui lui serait fidèle jusqu'au bout?
Libérer le chien et que celui-ci finisse par être euthanasié pour vagabondage?
Lui offrir de la nourriture et laisser mon obole et donc rentré dans le cercle vicieux qui aurait donc permis le jour suivant de le revoir (car ce qui rapporte marche donc...).
Ou ignorer la scène et partir ?

Même si je suis pas un photographe connu ou autre, derrière chaque photo se trouve des questions et des interrogations que ce soit à grande ou petite échelle.

Cette photo est avant tout un témoignage et un (minuscule) plaidoyer contre la pauvreté qui touche aussi bien les hommes que les animaux qui dépendent de ces derniers et contre la cruauté envers les animaux dont les humains ont un savoir faire... Inégalé.